mise à jour : 31-03-2010


cinet.chim


IV. Réaction composée : structure des équations


re-création

Résultat

Espoir et angoisse, c'est ce que suscitent les résultats d'examen - ceux du bac mobilisant les candidats, à qui on souhaite d'avoir franchi l'obstacle.

C'est un mot banal, résultat, et en même temps une idée difficile à cerner, tant elle est relative. Car tout résultat est provisoire et ne conclut qu'un événement, qu'une épreuve ; après quoi, la vie continue. Un résultat n'est pas seulement l'effet d'une cause ; c'est ce qui sort d'une situation et présente une sorte de bilan.

Résultat fut un mot savant, pendant plusieurs siècles, comme résulter, verbe qui a subi une curieuse évolution. En effet, resultare vient de saltare, "sauter", et l'idée de "sauter en arrière" aboutit à celle de "rebondir", "rejaillir", comme une balle ou un jet d'eau. Ce n'est qu'au Moyen Age que l'image de re-sultare correspond à "apparaître comme un effet". Mais résulter a suivi un chemin différent de rebondir et de ressauter, même si certains résultats font sursauter. Il s'est assagi, et s'est employé dans la vie intellectuelle et scientifique, avant de devenir courant. Les résultats sont devenus l'objectif de tout travail et de toute épreuve. Le mot est à la fois sportif et intellectuel, politique et économique, comme manifestation des effets réels d'un exercice, d'une action. On exige des résultats, dans la vie moderne, ce qui fait qu'on oublie trop souvent que les mérites et les qualités ne se mesurent pas forcément au résultat final.

Résultat est ainsi devenu le mot commode pour exprimer la finalité et, souvent, l'écart entre les intentions et les effets réels. Une innocente manie, depuis une dizaine d'années, a fait de l'expression le résultat des courses un équivalent exact de résultat, quelle que soit l'opération. Tel gouvernement a voulu réformer telle ou telle institution : résultat des courses..., je vous laisse continuer. Tout rapport avec une situation réelle étant le résultat d'une pure coïncidence, naturellement. Mais on note que dire, sans trop réfléchir, le résultat des courses, c'est faire allusion aux incertitudes et au hasard plus encore qu'aux effets d'un travail rationnel. D'un côté, le résultat des courses, de l'autre, les résultats du bac : aucun rapport, on l'espère...


Alain Rey (chronique matinale France-Inter, 4 juillet 2003)